• par (Libraire)
    26 septembre 2018

    Un Français sur Mars

    Lors de ma semaine de formation, à Caen, quelle ne fut pas ma surprise de voir en vitrine d’une librairie BD le tome 4 du Château des Étoiles. Celui-ci, je l’attendais depuis longtemps, et je n’avais plus qu’une envie : rentrer à Gisors pour pouvoir mettre les mains sur cette petite merveille. Quelques heures après mon retour, c’était chose faite. Maintenant, après avoir partagé mon anecdote, je vais pouvoir partager mon avis…

    C’est toujours aussi génial !

    Ce coup-ci, on est sur Mars. Je ne vous divulgâche rien, c’est marqué dans le titre. Déjà, dans les tomes précédents la peinture à l’aquarelle de Alex Alice soulignait avec tendresse les engrenages de l’univers Steampunk dans lequel évoluent nos héros. Si on retrouve encore l’esthétique victorienne propre à ce courant, l’histoire prend enfin son envol, et s’affirme en tant qu’œuvre de Space Opera. La faune et la flore que l’auteur nous présente est digne des fantasmes de l’âge d’or de la SF, avec des structures gigantesques et des bestioles qui ne peuvent qu’être des clins d’œil à des œuvres dont tout le monde a entendu parler. Le propre du Château des Étoiles a toujours été de prendre les théories scientifiques du XIXe siècle et de les appliquer à la lettre, surtout si elles ont été réfutées depuis, et ce tome continue sur cette lancée (oserai-je dire envolée ?). Je ne laisserai pas mon enthousiasme vous gâcher la découverte de ce nouveau tome et de cette planète, mais croyez-moi, ce n’est pas l’envie qui manque.
    Je me permettrai uniquement un conseil : foncez ! Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de lire les précédents tomes, c’est l’occasion rêvée de renverser la vapeur et de monter à bord du train. Séraphin, Louise, le roi Louis II et le Schwanstern vous attendent.