Les Roses noires, Roman

Gérard Mordillat

Albin Michel

  • 5 juin 2021

    Dystopie

    « Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'il est impossible de lui échapper et dont les dirigeants peuvent exercer une autorité totale et sans contraintes de séparation des pouvoirs, sur des citoyens qui ne peuvent plus exercer leur libre arbitre. Wikipédia »
    Et voilà un parfait résumé de cet excellent livre.
    Cybèle, Noran, Rome, Vivi.
    Quatre femmes à la vie différente vont illustrer la résistance face à la dictature qui mène le pays, réduisant une partie de la population à l'obéissance.
    C'est sombre, noir, angoissant, mais tellement bien écrit.
    Un style impeccable.
    De nombreux poèmes par l'entremise d'un des personnages, réussissent à embellir la situation.
    Bien qu'on soit heureusement loin d'en être là, on ne peut s'empêcher de faire certains parallèles.
    « À la télé aujourd'hui comme dans le cinéma, c'est la même merde : propagande officielle et éloge de la bêtise érigée en philosophie morale. D'un côté comme de l'autre vous devez abjurer toute intelligence, tout art et vous en tenir aux directives des chiens de garde du conseil. »
    ou encore
    « Ils ont brisé toutes les solidarités. Ils ont mis en concurrence les salariés entre eux, les jeunes contre les vieux, les hommes contre les femmes, les Blancs contre les Noirs, les jaunes, les n'importe quoi contre tous. Ils voulaient le chaos, l'amnésie, la confusion mentale pour qu'aucune force ne soit capable de s'opposer à eux. »
    De nombreux sujets sociétaux sont exprimés dans cette histoire extrême.
    Privation progressive des libertés (accentuée par la crise sanitaire), répression des rassemblements (gilets jaunes)
    Je lis rarement des romans d'anticipation, mais là je dois reconnaître que j'ai été complètement captivée, complètement bluffée.
    On sent l'engagement de Gérard Mordillat et cette fiction est à mon sens une grande réussite.