Malamute, Roman

Jean-Paul Didierlaurent

Au Diable Vauvert

  • par (Libraire)
    24 avril 2021

    Le huis-clos hivernal est réussi grâce à la dose de fantastique de l'auteur et ses trois personnages : un vieil acariâtre, un jeune homme en reconstruction et une femme en quête des ses origines.


  • par (Libraire)
    19 mars 2021

    Malamute

    En montagne, ambiance
    Alors que l'hiver relance la saison touristique sur les pistes de ski, le passé resurgit pour Germain, octogénaire peu amène, mais au cœur en or quoiqu'il en dise.
    Basile, son neveu lointain, est chargé de garder un œil sur lui, tout en assurant son travail sur les pistes, à damer la neige.
    Alors qu'Emmanuelle, la fille des anciens voisins réinvestit la maison dont elle a hérité, Germain replonge dans ses souvenirs. En même temps, la légende de La Bête, dans l'ombre des chiens Malamute que possédait le père d'Emmanuelle refait surface, des circonstances qui semblent amener le passé à se rappeler à chacun.
    Les trois personnages portent en eux leurs secrets, leur donnant profondeur et mystère.
    C'est un roman joliment conté.


  • 17 mars 2021

    Du chien

    Germain a 84 ans. Il est vosgien. Possède un caractère… un véritable caractère mi-ours, mi-bucheron. Il est taiseux et il mourra dans sa ferme. Qu’on lui foute la paix ! Alors quand sa fille unique mariée à un roi de la finance décide de l’envoyer en maison de retraite après une nouvelle chute dans l’escalier de la cave où ses secrets dorment et le maintiennent en vie, en envie, alors il accepte, il plie, il concède. Basile, petit-neveu inconnu, veillera sur lui, le temps de la saison d’hiver pendant laquelle Basile embauche comme dameur dans la station communale. Promis Germain ne boira pas, enfin pas devant sa fille (…), prendra ses pilules et ne descendra plus à la cave. Vous y croyez ? Voilà le début du nouveau roman de Jean-Paul Didierlaurent. Emouvant, drôle. La ferme d’à-côté est vide depuis trente ans, alors quand une jeune femme, Emmanuelle, ouvre les volets, rentre le bois et chauffe celle-ci, on soupçonne notre illustre taciturne de posséder un secret bien gardé. Trente ans de silence, de remords, de mensonges sous l’épaisse couche de neige. Cette neige, cet or blanc de la station qui a fondu après un nouvel an en terrasse et qui ne se montre plus. Les autochtones en appellent alors à la rescousse le divin. Ils ne seront pas déçus. La neige tombe et tombe encore, un déluge. Les langues se délient. L’amour éclot. Les jalousies s’exacerbent. Les dameurs dament. Les buveurs boivent. Et Germain grogne. Comédie humaine dans un petit village en huis-clos, ce Malamute est une grosse bête si douce et forte à la fois. L’auteur du Liseur de 6h27 est un sacré conteur et cela nous le savions. Avec Malamute, l’auteur a du chien, maitrise la tension qui gagne le lecteur, s’amuse des réactions de ses personnages, ah le Père Francis, des médiocrités humaines, de ce changement climatique que Germain hait, lui qui rythme ses années au gré des équinoxes. Profondément humain, contemplatif également, parfaitement maitrisé, ce Malamute, sous la conduite du musher Didierlaurent se dévore. Ah oui se dévore…


  • par (Libraire)
    14 mars 2021

    Dans un petit village Vosgien après des chutes de neige inhabituelles, des destins se croisent et racontent une histoire oubliée de tous sauf d'un vieil homme qui ressassent les souvenirs de sa mémoire défaillante.
    L'auteur brosse merveilleusement l'atmosphère oppressante de ce huis clos montagnard, composé de mystères, mais aussi d'une galerie de personnages truculents, témoins d'une tragédie qui trouve sa source au cours de l'été 1976 qui fut aussi chaud que cet hiver est froid.
    Drame rural, intrigue policière, suspense, un zeste de fantastique, ce magnifique roman est tout à la fois.


  • par (Libraire)
    13 janvier 2021

    Conseillé par Stéphanie et Rémy

    Vous avez envie qu'on vous raconte une histoire? Alors plongez dans "Malamute" ! Vous entendrez d'abord la voix de Pavlina. Nous sommes en 1976 et la jeune femme nous raconte son arrivée en France avec son mari Dragan. Ils s'installent avec leur quatre malamutes (une race de chien originaire d'Alaska) dans un village des Vosges, Voljoux. C'est le rêve d'une vie, le rêve de Dragan : proposer aux touristes des promenades en traineau tiré par ses chiens.
    Trente ans plus tard, à quelques kilomètres de Voljoux, dans sa maison isolée, le vieux Germain sent que la neige est tombée dans la nuit avant même de la voir. Germain a une passion : les arbres, et il a une hantise : que sa fille l'oblige à renoncer à sa maison et son indépendance en le plaçant en EHPAD. C'est uniquement pour cette raison qu'il accepté qu'un neveu éloigné, Basile, saisonnier à la station, s'installe chez lui quelques temps.
    Le personnage de Germain est parfait. Bougon mais attachant, il nous charme et nous intrigue avec ses secrets, petits et grands. Pourquoi sa jeune voisine le trouble-t-il autant par exemple? Et puis il y a la neige, beaucoup de neige qui transformerait presque le récit en huis-clos. Jean-Paul Didierlaurent est définitivement un merveilleux conteur et "Malamute", une histoire à la fois belle et tragique. Humaine, tout simplement.