Conseils de lecture

20,00
par (Libraire)
18 septembre 2021

CHANGER : METHODE

Édouard Louis et le processus à changer, mieux, à devenir.
L'auteur raconte les étapes par lesquelles il est passé, de façon plus ou moins consciente au moment où il les vivait, pour devenir autre que ce à quoi il aurait pu être destiné, de la condition sociale de sa famille, du petit garçon moqué et chahuté qu'il fut.
Au travers de son ouvrage, on fait la connaissance des êtres qu'il a aimés et qui lui ont permis de devenir, de réaliser ce à quoi il a pris conscience d'aspirer.
On sent chez l'auteur toute la violence à se débarrasser des habitudes et réflexes accumulés pendant l'enfance. On sent la nécessité que c'était de devenir cet être instruit, cultivé, assumant au fur et à mesure des étapes de changement, son homosexualité.
On y saisit aussi, selon ces étapes, le rejet de sa famille et tout autant l'amour éprouvé pour elle. On capte cette nécessité pour lui de quitter ceux qui l'ont aidé pour devenir encore.
On perçoit dans l'écriture un désir d'authenticité, dans l'usage du mot juste. Édouard Louis semble porté par une perception fine de ce que pourrait éprouver ou penser le lecteur. On l'accompagne dans le récit, tout autant qu'il nous accompagne, dans son perpétuel questionnement sur ce qui le motive, dans la rencontre de l'autre ; le seul moyen peut-être, de se rencontrer lui-même.


Marie Darrieussecq

Folio

7,50
par (Libraire)
7 septembre 2021

LA MER À L'ENVERS

Rose est une quadragénaire bourgeoise qui a ses propres soucis.
Lors d'une croisière offerte par sa mère, elle se retrouve face à des migrants, des exilés, des réfugiés ( comment les nommer ? ). Surtout, elle rencontre Younès qui lui fait penser à son fils Gabriel. Elle lui donne le portable de son garçon sans imaginer les conséquences, dans un élan. Le temps passe. Et un beau jour, Younès l'appelle. Il a vraiment besoin d'elle. Sans même réfléchir, elle va le chercher, le soigne, l'accompagne.
Tout semble si simple et doux dans ce roman. Il ne fait que dire simplement des vies dans le monde complexe.
Cette femme, mère, épouse sait faire, s'adapte, sachant ses propres limites, dans une présence réelle et effective aux autres de ce qu'elle porte en elle ; un don pour soigner.
Marie Darrieussecq dépeint la capacité à devenir, de s'adapter, de chercher et trouver des solutions que l'urgence appelle, dont pourtant, on ne se savait pas capable.
L’auteure, par son écriture, touche justement.
On sort de ce roman ragaillardi.


20,90
par (Libraire)
6 septembre 2021

La femme et l'oiseau

Vina a presque 15 ans et elle vient de se faire exclure du lycée. Sa mère Elisabeth demande à son grand-oncle de les accueillir chez lui en Alsace, ce qu'il accepte avec émotion.
Le lien singulier et puissant entre Thomas, ce très vieil homme impressionnant d'acuité , Élisabeth, sa petite nièce et Vina, son arrière petite-nièce, nous apparaît au fil du récit de l'histoire de chacun. Ce qui s'offre à nous de ce qu'ils ont vécu et vivent en lien à tous, comme à ce qui fut dans le passé, nous laisse songeurs, pensifs et émus.
La question des Malgré-nous, les français incorporés de force par l'armée allemande pendant la seconde guerre mondiale, et celle de la gestation par autrui, vécues par les personnages dans des temps différents surgissent et s'entremêlent du présent, urgent, qu'ils sont amenés à vivre, comme un temps crucial, valant pour toute leur vie.
Un roman profond, dense, qui reste présent à l'esprit, la dernière page tournée.


Philippe Djian

Flammarion

20,00
par (Libraire)
4 septembre 2021

DOUBLE NELSON

Quatre personnages ; un romancier, Luc, et sa dernière rencontre amoureuse, Édith, agent des forces spéciales d'intervention de l'armée. Après leur séparation, une vie commune s'installe, contrainte par la situation professionnelle houleuse d’Édith. Ambiguïté à chaque instant.
En face de chez Luc, un nouveau voisin Marc, avec sa nouvelle compagne Michèle qui tourne dingue. Tout ce petit monde va se rencontrer, inter-échanger de façon étrange. La mise en place de l'histoire et son évolution sont fascinantes.
Les situations s'enchaînent, toutes à la fois banales et hors du commun, toujours sur le fil, dont à chaque instant, on se demande quand cela va tourner à la tragédie.
Et puis, cette écriture incisive, à l'os, qui installe de quelques mots une ambiance, des personnages improbables, une situation rocambolesque, un paysage magnifique ou le temps qu'il fait.
Ce qu'il est bon de retrouver, année après année, un nouveau roman de Philippe Djian.


6,80
par (Libraire)
3 septembre 2021

LE COEUR SYNTHETIQUE

Sororité, si tu existes...
Adélaïde a 46 ans au début du roman. Elle vient de quitter son mari avec qui elle s'ennuie. Elle se retrouve seule, n'a pas de famille, ni parents, ni enfants. La solitude lui est insupportable mais vite elle achète un chaton qu'elle nomme Perdition !
Elle appelle régulièrement ses amies qu'elle voit de temps à autre. Elles l'écoutent, la conseillent comme elle le fait pour elles en retour puisque chacune a ses propres problèmes.
C'est une femme totalement inscrite dans l'époque. Elle a un boulot dans le monde de l'édition, s'y investit beaucoup de la solitude sans pouvoir y trouver son compte. Travailler reste l'acte nécessaire à subvenir à vivre.
Les tentatives de rencontres se font rares et celles qu'elle voudrait amoureuses extrêmement décevantes.
Vers quoi va Adélaïde ?
Écriture acérée de Chloé Delaume.
Grand talent et humour décalé ou ajusté à l'époque, question de perception,chez cette auteure.
Aussi, c'est important, il y est question de sororité, de belle distance dans les amitiés dans l'acceptation de chacune à voir l'autre telle qu'elle est et de former solidarité.
Reste la solitude intrinsèque aux êtres.