Conseils de lecture

Noire précieuse / roman

Djoulaït, Asya

Gallimard

par (Libraire)
8 juin 2020

Afro-parisienne

A 10 ans, Céleste vacille lorsqu'elle découvre que sa mère lui ment : elle se dépigmente la peau, c'est pour cela que dans le quartier parisien, les gens l'appellent la "femme-feu" parce que sa peau est brûlée...
Céleste est noire/bleue, elle est brillante à l'école et fait la fierté de sa mère. Selon l'endroit ou avec qui elle se trouve, elle est entre deux langues ou change de masque (école/maison).
Naviguant entre le français et l'argot ivoirien le "nouchi", ce roman fait résonner la musique des quartiers afro-parisiens et rend compte du quotidien de jeunes français d'origine africaine.


Alpinistes de Staline
20,50
par (Libraire)
8 juin 2020

Grimpons le pic Lénine en compagnie des frères Abalakov

Cédric Gras remet en lumière l'histoire des deux frères Evguéni et Vitali Abalakov.
Ils ont grandi au cœur de la Sibérie, proche de Krasnoiarsk dans une famille bourgeoise, loin des hautes altitudes de l'Eurasie. Et pourtant, ils sont devenus des alpinistes célèbres de l'ex-URSS hissant des bustes de Lénine au sommet du pic Lénine ou du pic Staline (environ 7000m). Accompagnés de hauts fonctionnaires du régime stalinien ou encore d'un Suisse Lorenz Saladin.
Mais très vite, les heures noires arrivent avec leur vague d'arrestations et de cadavres où Vitali sera arrêté avec des accusations fantasques.
Un récit documenté, un roman d'aventures qui rend hommage à deux figures historiques de l'ex-URSS.


PEAUX DE PHOQUE
par (Libraire)
8 juin 2020

Détroit de Béring

Valentina Veqet est une auteure tchouktche, un peuple habitant les rives du Détroit de Béring.
Dans son roman Peaux de phoques, elle raconte l'histoire d'une famille misérable, le père est handicapé, les enfants sont en bas âge mais la mère se bat de toutes ses forces pour nourrir et élever ses enfants dans un environnement hostile, des températures moyennes de -30°.
Malgré les peaux de phoques dont ils sont vêtus, signe de misère contrairement aux peaux de rennes, les enfants vont grandir et apprendre grâce à leur mère à devenir fort et remercier leurs parents.
Une figure de mère forte dans un beau roman initiatique.


Voyage au bout de la nuit
37,00
par (Libraire)
4 juin 2020

Donner à voir

Proposition de lecture et relecture de Céline, par l'ouvrage de Tardi qui invite à revenir y musarder, encore et encore.
On sait Céline, peut-être même l'a-t-on lu.
Si c'est le cas, il y a grande chance que le choix de lire se soit porté sur Voyage au bout de la nuit.
L'écriture de Céline, entre toutes détectable, au plus près de l'âme humaine, dans un corps à corps permanent, nul ne peut y être indifférent.
On aime ou on n'aime pas.
La pertinence de Tardi, comment la saisir ?
De ses illustrations, il donne à voir ce qu'on percevait des mots.
Textes et dessins semblent avoir été travaillés en commun, ce qui ne fut pas le cas, on le sait bien.
C'est dire combien Tardi s'est imprégné de l'oeuvre de Céline.
Mieux, Tardi donne le plaisir impensable de la redécouverte d'un ouvrage, comme si on le lisait pour la première fois.
Alors, ce cheminement de Bardamu comme autant de tribulations tout au long de la vie, on le revit, de regards et points de vue qui amplifient l'oeuvre initiale magistralement.


L'exil n'a pas d'ombre

Éditions Bruno Doucey

14,00
par (Libraire)
3 juin 2020

Poésie

Une femme et un homme marchent.
Ils traversent le désert vers la mer.
Elle est des mots.
Il est des sens.
Elle, ne le sait pas.
Lui, la sait.
Il marche dans ses pas.

Rien de plus à en dire,
Vous inviter au récit qui se lit, intime.
C'est un bijou de poésie.