Pascale B.

22,90
28 janvier 2022

"faiseurs-de-de-putes"

D’une écriture généreuse et fluide, Jean-Daniel Baltassat nous raconte la rencontre de Mikelangelo, peintre faussaire, et de jeunes migrants ; tous réfugiés dans le labyrinthe du sous-sol parisien. L’un réalisant une immense fresque et obsédé par le souvenir de la mère ; les autres survivant au jour le jour dans la terreur des « faiseurs de putes » ….

L’alternance de chapitres à plusieurs voix entre les personnages et les rats, à la manière de Weber dans « les fourmis », donnent de la dynamique à une lecture un peu répétitive.
Le récit suggère au lecteur la violence et l’inquiétude des réfugiés, interpelle sur la relativité de l’art et informe sur l’intelligence des rats parties prenantes dans le déroulement de l’histoire….

Original, obligeant et plein d’espoir.

« Il aurait voulu s’ouvrir la poitrine pour qu’elle puisse se consoler un peu au-dedans de lui »

Roman

Les Presses de la Cité

21,00
24 janvier 2022

En deux coups … de cul … hier !

En hiver, sur une île bretonne…

Chassé-croisé entre 5 femmes dont Scarlette, patronne du
« bar-tabac-journaux-articles de plage » lieu de rassemblement immanquable au pied de la falaise.

Tourmentées par la vie, elles se lient d’amitié et s’entraident face à la tempête et à leurs problèmes : Solange universitaire parisienne sur talons hauts, la fragile Phanie lieutenant de Gendarmerie, Marina, médecin roumain et Morgane, fille de Scarlette et étudiante.
Une émouvante solidarité s’installe au rythme des intempéries.

Par son roman choral, Hervé Bellec rend un plaisant hommage aux femmes et aux îles bretonnes, cadencé par le juke-box des années 60.
Ce huis-clos ilien interpelle le lecteur sur l’isolement, les changements climatiques, l’entraide et la nature majestueuse environnante.

Écriture généreuse, sensible et pleine d’esprit.

24 janvier 2022

Thomas Shore

Inspiré de son passé, l’auteur installe son récit en Argentine et revient sur la guerre civile.

Tomas Orilla y retourne 10 ans après avoir fui son pays natal en pleine dictature militaire. Il recherche la femme qu’il y a aimé et qui a combattu dans la résistance. Il y croise un colonel à la fois tortionnaire et protecteur. Confronté à son passé d’étudiant qui le hante toujours, il échange avec ses fantômes sur cette période où il fut impliqué et confronté à des choix tragiques, faisant pénitence.

Tiraillé entre courage et lâcheté, médusé par un amour admiratif, Tomas fut un héros contrarié.

Une véritable quête de rédemption portée par la culpabilité, oscillant entre le réel et l’imaginaire, d’une écriture sensible et profonde, interpellant sur les conséquences de nos choix.

19 janvier 2022

Emil en plein vol

Edna est une dame octogénaire qui passe son temps entre son jardin et son perroquet.
Par hasard, elle retrouve la trace de son meilleur ami d’enfance qu’elle décide de retrouver avec détermination pour honorer une promesse.
Prête à déplacer des montagnes, elle les traverse périlleusement avec Emil le perroquet, alternant des rencontres variées, uniques, parfois improbables.
Le récit de son périple vers l’Allemagne, traversant l’Italie et l’Autriche, alterne avec les flashbacks d’une enfance souabe méprisée et asservie dans une ferme de sud-ouest de l’Allemagne dans les années 30.

Romina Casagrande agrémente son histoire de rencontres cocasses surprenantes et transforme son personnage en « wonderwoman » ; parti pris d’une légèreté contrastant avec un passé douloureux.
Premier roman sans prétention dont les chapitres courts et nombreux dialogues rendent la lecture facile et fluide jusqu’au dénouement.

17,95
17 janvier 2022

"Mets la main à la pâte mais ne traîne pas dans mes pattes"

Le chemin de Pétronille, quadragénaire mère de deux enfants, croise celui de Jeanne octogénaire renfrognée dans un refuge en pleine nature. Cette rencontre est un concours de circonstances entre la fuite d’une femme qui ne s’épanouit plus dans sa vie de famille et la tristesse d’une autre récemment endeuillée.

Le lecteur se réjouit déjà en découvrant ces personnages féminins très expressifs auxquels s’ajoute celui, pittoresque, de La Molotov et son corbeau.
Le récit est inventif, touchant, captivant, dynamisé par une écriture à quatre mains fantaisiste, un tantinet féministe.

Frais et généreux.