Anne L.

Dernier commentaire

Niviaq Korneliussen

La Peuplade

21,00
par (Libraire)
21 janvier 2022

Triste soleil d'hiver

Comment vous parler de ce roman ? Il y aurait une certaine indécence à employer les formulations d'usage : "une claque !", "un choc", "d'une force inouïe".
De tels lieux communs ne sauraient qualifier l'appel de la mort.
🌼 Son verbe est haut, son œil sagace. Elle est vive et groenlandaise, amoureuse d'une Maliina qui le lui rend bien. Elle s'apprête à prendre son envol, quitter une cellule familiale étouffante et commencer des études au #Danemark lointain. Mais le continent, peuplé de ces "Dieux blonds" qui l'entourent et ne la comprennent pas, révèle en elle une brisure - une faille qui se fait gouffre, horizon puis certitude. Inéluctable.
🌼 La Vallée des fleurs s'attaque frontalement à la question des épidémies de suicides qui déciment les (jeunes) générations inuites. La mort rôde et se rapproche, en témoignent les titres de chapitres, glaçants, impassibles, qui égrènent le chapelet des décès.
"33/ JEUNE FILLE. 17 ANS. S'EST PENDUE DANS LE CABANON DE SON PÈRE."
Le corbeau tutélaire étend ses ailes, et aux côtés de la narratrice on se surprend à espérer que son ombre viendra dévorer l'éclat du soleil des jours sans fin.
🌼 Se plonger dans ce second roman de Korneliussen n'est pas un acte anodin. Fort probablement, l’âpreté de la langue, ses reliefs et l'étrangeté de son rythme arrimeront solidement votre lecture. Et c'est en apnée que vous vous coulerez dans le mal-être poisseux de cette héroïne boréale. Une catharsis qui brûle les doigt jusqu'aux tréfonds de l'âme.