Milwaukee blues, Roman

Louis-Philippe Dalembert

Sabine Wespieser Éditeur

  • par (Libraire)
    19 octobre 2021

    Un roman choral fictionnel dont le thème ramène à une actualité. Autour d'un évènement marquant, une prise de parole sur la société américaine, qui nous emporte par son humanité...


  • par (Libraire)
    14 octobre 2021

    Conseillé par Chloé, Manon R, Stéphanie et Rémy

    "I can't breathe"
    "Je ne peux plus respirer"
    Certaines phrases restent, comme marquées au fer rouge.
    Certaines phrases, certains actes inspirent de manière fulgurante les écrivains.
    La mort de George Floyd est au coeur de "Milwaukee blues".

    Il s'appelait Emmett, c'était un géant noir, né à Milwaukee, Wisconsin. Son histoire s'ouvre sur un chapitre intitulé "Nine-one-one'" (911), ce numéro d'urgence états-uniens que nous connaissons tous par l'intermédiaire des séries policières importées d'Outre-Atlantique. C'est un jeune épicier paki qui confie sa version, ses doutes et ses regrets. C'est lui qui a fait le 911 quand ce grand balèze, qui lui a semblé étranger au quartier, a acheté des cigaretttes avec un billet vraisemblablement faux.
    C'est une première voix. D'autres vont se faire entendre : une ancienne institutrice, un coach, une fiancée ... Ensemble, chacune d'entre elle, nous dévoile une partie d'Emmett. Et toutes ces images kaléidoscopiques finissent par ne former qu'un portrait unique. Celui d'un homme debout qu'on a mis à terre, d'une âme belle, sensible et complexe. De toutes ces voix émergent également le portrait d'un pays extrêmement juste.
    Tout est là. C'est émouvant. On a la sensation d'effleurer quelque chose qui se rapprocherait de la Vérité.
    Nous aurions presque envie de dire que c'est un livre nécessaire.
    Et puis, cette plume Louis-Philippe Dalembert, cette plume !


  • par (Libraire)
    4 octobre 2021

    Un roman puissant sur le racisme et la violence ordinaires aux Etats-Unis

    Dès les premières lignes, Dalembert happe le lecteur avec ce récit d’ouverture à la 1ère personne du premier narrateur de ce roman qui va en compter 7.
    Chacun de ceux et celles qui vont prendre tour à tour la parole pour raconter ce qu’ils connaissaient d’Emmett, gamin noir grandi dans le quartier de Franklin Heights à Milwaukee, va compléter le portrait plein d’humanité de l’un des leurs, assassiné par la police lors d’un contrôle de papiers. Tel un choeur antique, ces proches vont nous faire découvrir l’enfant, l’adolescent et l’homme, et à travers ce récit choral puissant, c’est le déterminisme social et le racisme qui vont s’imposer en personnages principaux.
    Structuré en 3 grandes parties, le roman déroule la vie de ce garçon qui aurait dû, au vu de ses talents, accéder au cercle fermé des joueurs de football professionnels. L’enchaînement des faits va prouver que, quoiqu’il ait pu faire pour y arriver, un rien l’aura jeté à terre, lui faisant redescendre brutalement les échelons gravis un à un pour sortir du ghetto.
    Ce « blues » évoque non seulement la vie et la mort d’un garçon américain mais également le contexte dans lequel il grandit et la vie quotidienne dans un quartier noir. Quelles perspectives s’offrent aux gamins qui naissent là ? La vente de drogue en est une. La mère d’ Emmett le sait parfaitement et va tout faire pour éviter que son fils tombe dans le piège de l’argent facile. Femme admirable de par sa ténacité et sa droiture, elle va encourager Emmett à réaliser ses rêves.
    La troisième partie, différente car se passant après sa mort, met en scène la mobilisation autour du slogan « Black Lives Matter », né en 2013. Dalembert s’est inspiré de la mort de George Floyd – survenue en mai 2020- et c’est aussi un hommage qu’il lui rend à travers ce texte.
    Le prénom d’Emmett renvoie à une autre figure du réel, celle du jeune Emmett Till, lynché à mort soixante-cinq ans plus tôt, préfiguration de ce que subira le personnage de « Milwaukee Blues », et constat amer de la persistance de la violence systémique des policiers blancs envers les Noirs aux Etats-Unis.


  • par (Libraire)
    2 septembre 2021

    MILWAUKEE BLUES

    Un magnifique roman choral sur l'affaire George Floyd.
    Aux Etats-Unis, l'histoire d'un jeune père de famille noir tué par un policier blanc racontée par les personnes qui l'ont connu et les différents protagonistes des évènements.
    Une pépite de la rentrée littéraire !


  • par (Libraire)
    27 août 2021

    Bouleversant !

    Inspirée du meurtre de George Floyd, l'histoire est celle d'Emmett, un jeune noir issu des ghettos assassiné par la police blanche pour une simple affaire de stup'. Plusieurs personnages prennent tour à tour la parole pour évoquer celui qui fut l'élève, le fils, le frère... Se dessine alors en creux le portrait de cet adolescent singulier et sensible, pourtant promis à un bel avenir. Un très beau roman choral, bouleversant !


  • par (Libraire)
    24 août 2021

    Emmett Till aurait pu avoir une vie en or mais le sort en a décidé autrement. Pourquoi diable, nul ne le sait. Mais lorsque sa carrière de footballeur s'effondre, Emmett ne trouve pas en lui la force de rebondir. Pourquoi? Cela est-il dû à ses origines, Noir américain issu des milieux pauvres où l'on apprend très tôt à accepter son sort qu'il soit funeste ou pas. Quand il meurt étouffé par un genou de policier à 40 ans passé, il laisse derrière une famille désemparée et des amis abasourdis. Et c'est à travers leurs voix que l'on découvre Emmett. Tour à tour, ils nous racontent cet homme, si doux, si timide, poursuivi par la malchance, victime expiatoire d'une Amérique rongée par le racisme. Un livre choc, indispensable.


  • par (Libraire)
    24 août 2021

    Roman humaniste et politique

    Dalembert s'empare de l'affaire George Floyd en créant le personnage d'Emmett. Il dresse le portrait émouvant de celui-ci en donnant la parole à ceux qui l'ont rencontré.
    Un roman humaniste et politique


  • par (Libraire)
    3 août 2021

    Coup de coeur de Laëtitia

    Après avoir donné voix aux migrants dans son précédent roman "Mur Méditerranée" en 2019, l'auteur haïtien s'attaque à la question de la ségrégation aux Etats-Unis avec brio. A partir d'un fait-divers inspiré de la mort de George Floyd, il imagine toute une galerie de personnages, qui tous racontent la vie d'Emmett, gamin des ghettos noirs. Sa plume merveilleuse brosse avec beaucoup de finesse le portrait d'un homme ordinaire devenu un symbole et la vague humaine de ras-le-bol qui a suivi sa mort tragique. Du très bon Dalembert !
    Librairie La Promesse de l'Aube