Nathalie -.

20,00
par (Libraire)
2 janvier 2021

L'enfance au plus près

C'est un premier roman, d'une toute jeune femme, poétesse qui travaille dans une ferme aux Pays-Bas et se consacre à l'écriture ; Marieke Lucas Rijneveld.

La narratrice a dix ans. Son grand frère Matthies part seul pour patiner sur le lac gelé, refusant de l'emmener, la trouvant trop petite encore.
En colère, elle, qui craint que son lapin soit tué pour être mangé demande à Dieu qu'il choisisse son frère plutôt que son lapin.
Et Matthies meurt noyé, la glace a craqué.
Le chagrin, la culpabilité, le deuil de la famille et ce que ça fait aux enfants, la mort.
Le silence, pesant.
Les adultes, à la fois tout-puissants et décevants.
Et puis, leurs fragilités qui font les enfants s'inquiéter pour eux autant que les détester parfois.
L'enfance, telle qu'on s'en souvient, surgit par bribes à qui lit.
Elle est faite de fulgurances éclairées sur la vie qui va, d'inventions poétiques aussi, à tenter de saisir par l'imagination le réel qui n'est pas compris, parce que pas dit, pas expliqué par les adultes qui ont oublié qu'ils avaient été enfants, il y a trop longtemps.
L'enfance, dure, cruelle, et fragile, tendre aussi, dite avec des mots durs, cruels et tendres aussi.

par (Libraire)
2 janvier 2021

D'une incompréhensible douceur.

C'est un ouvrage singulier qui dessine de trois regards différents les êtres, leur vie, leur situation.
Elias, son père et Avril se disent tout en disant l'autre, les autres.
C'est un texte d'une poésie telle, qu'elle semble naturelle. Elle coule de source. Elle nous porte dans l'acte même de lire.
Pourtant, ce que vivent les uns et les autres, c'est comme dans la vie qu'on vit nous-mêmes, c'est plein d'anfractuosités, de difficultés à surmonter, d'évènements qui nous font tels qu'on peut apparaître, étranges aux autres.
C'est peut-être parce que cet ouvrage dit cette étrangeté et tout le besoin de douceur qu'on éprouve sans jamais le dire, qu'on se sent porté par ce texte, qu'il nous interpelle, qu'il nous fait nous y sentir bien.

par (Libraire)
2 janvier 2021

Sororité, si tu existes

Adélaïde a 46 ans au début du roman. Elle vient de quitter son mari avec qui elle s'ennuie. Elle se retrouve seule, n'a pas de famille, ni parents, ni enfants. La solitude lui est insupportable mais vite elle achète un chaton qu'elle nomme Perdition !
Elle appelle régulièrement ses amies qu'elle voit de temps à autre. Elles l'écoutent, la conseillent comme elle le fait pour elles en retour puisque chacune a ses propres problèmes.
C'est une femme totalement inscrite dans l'époque. Elle a un boulot dans le monde de l'édition, s'y investit beaucoup de la solitude sans pouvoir y trouver son compte. Travailler reste l'acte nécessaire à subvenir à vivre.
Les tentatives de rencontres se font rares et celles qu'elle voudrait amoureuses extrêmement décevantes.
Vers quoi va Adélaïde ?
Écriture acérée de Chloé Delaume.
Grand talent et humour décalé ou ajusté à l'époque, question de perception,chez cette auteure.
Aussi, c'est important, il y est question de sororité, de belle distance dans les amitiés dans l'acceptation de chacune à voir l'autre telle qu'elle est et de former solidarité.
Reste la solitude intrinsèque aux êtres.

par (Libraire)
2 janvier 2021

Un viol et puis...

Landra a été violée. Par quelqu'un qu'elle connaît. C'était un soir de Septembre. Depuis, elle n'a de cesse de tenter de disparaître. Elle intègre, autant que cela peut se faire, un groupe rebelle anti-capitaliste ; Etoile Noire Express.
Elle s'y sent bien de n'avoir à se justifier de rien, de n'y avoir pas de nom, pas d'adresse, tout en pouvant d'actions coups de poings, exprimer à bon escient sa rage individuelle et collective, façonnée des événements et de son histoire familiale.
Peu à peu, très lentement, elle cherche au sein de ce groupe, à canaliser la peur, à agir contre elle.
Créer un autre possible, c'est tout ce qu'elle veut et c'est ce vers quoi elle s'engage, comme elle peut.

par (Libraire)
2 janvier 2021

Un conte

Benedikt a cinquante quatre ans.
C'est la vingt-septième fois qu'il s'apprête à aller chercher les moutons égarés dans la montagne avant la rudesse de l'hiver, pendant le temps de l'Avent.
Il est accompagné de Léo, chien de berger extrêmement doué et fiable et de son bélier Roc, qui sait parfaitement débusquer les moutons ça et là.
Mais cette année, le blizzard les surprend plus tôt que le pensait Benedikt.
C'est un livre au texte court, plein de sagesse et d'humanité.
On accompagne pas à pas ce trio émouvant qui ne manque pas de ressources, dont on se sent privilégié de les rencontrer.
La confrontation à la nature, à sa dangerosité, le savoir d'expérience qu'elle nécessite, nous ramène à la nécessaire humilité face aux éléments bien plus grands.